Voici un nouveau commentaire, très gentil, bien écrit et plein d'humour, de Sophie:

 

"...Un matin, on sonne à ma porte: c'est le jeune et sémillant facteur du secteur, qui me tend, rougissant et l'oeil mouillé, un paquet subtilement emballé de rouge et noir...C'est étrange, on dirait qu'il a déjà été ouvert...J'invite l'homme de lettres à partager mon petit déjeuner (je viens de me lever, et j'ai juste eu le temps d'enfiler mon peignoir de soie fauve), nous devisons gaiement, j'éclate de rire, il bombe le torse, et de fil en talon aiguille, je lui fais visiter mon jardin, où éclosent les premiers boutons de rose...Tout plaisir ayant une fin, le gentil préposé reprend sa tournée, et j'entreprends pour ma part de découvrir enfin le contenu du mystérieux envoi... Suffoquée, je découvre ça:... (N.D.L.R.: Échanges virtuels)

 

Qui donc a l'audace de me destiner ce roman érotique, à moi, la prude, l'innocente, oserai-je dire: la vierge(dans son âme)?

 

J'observe la couverture, une femme sublime offrant une chute de rein digne de celle de Mireille Darc dans Le Grand blond avec une chaussure noire, une plume à la main, les yeux charbonneux mais pudiquement baissés...

 

Le titre me fait craindre le pire: vais-je avoir droit à la version hard du roman à succès de Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du nord, qui avait failli me faire périr d'ennui?

 

Que nenni...A midi, j'étais toujours entrain de lire, et je repris fébrilement à quatorze heures le cours de ma lecture, non sans avoir demandé à mon vieux mari de rentrer illico presto pour le déjeuner, ayant une demande urgente à lui faire...

 

A seize heures, le livre était refermé, l'affaire bouclée, je demandais grâce, et partis pour une bonne heure de marche salvatrice dans la forêt voisine, où de robustes bûcherons abattaient à grands coups de hache des arbres immenses..."

 

Vous pouvez lire la suite en cliquant sur ce lien:  Les livres de Sophie

 

*   *   *   *   *   *   *

*   *   *   *  *

 

Bien qu' Échanges virtuels ne soit en vente que depuis depuis novembre, de nombreux lecteurs et critiques ont fait connaître leur opinion. En voici quelques unes:

 

  • D'abord une critique sur le blog de Chocolat Cannelle, qui démarre ainsi: "Le roman épistolaire est un genre particulièrement prisé lorsqu'il s'agit de littérature érotique. Le pouvoir des mots pour éveiller la libido, le dire sans encore le faire, le faire pour le dire...Marie Godard signe ainsi un premier roman érotique et "[...]      Pour lire la suite, cliquez sur le lien: Chocolat Cannelle

      *   *   *   *

  • Puis voici la critique d'Isabelle Lorédan, également sur son blog, dont voici un extrait: "Je m’apprêtais donc à être indulgente, mais je n’aurai pas à l’être. Elle signe là un très beau roman épistolaire (genre assez peu répandu et c’est bien dommage). Une plume efficace, stylée, qui sait être crue sans tomber pour autant dans la vulgarité et là aussi, c’est un exercice qui n’est pas si aisé que cela"[...]     Pour lire la suite, cliquez sur le lien: Isabelle Lorédan

 

*   *   *   *

  • Une autre critique sur le site "La Bauge de Tom", dont voici le début: 

Marie Godard ou: la résistance de la chair.

"Je ne sais pas si le pari entre Marie et Jacques / Franck a jamais eu lieu, et si vraiment celui-ci a mis celle-là au défi d’écrire un roman érotique. Mais, et c’est ce qui compte, c’est une belle idée pour faire démarrer un récit.[...]". Lisez la suite en cliquant sur ce lien: La Bauge de Tom

 

*   *   *   *

  • Vous trouverez sur cette page un très gentil clin d'oeil, caché à la toute fin de cet article très intéressant sur les nouveaux fantasmes féminins dans la littérature érotique, dont voici le lien sur Doctissimo.

 

*   *   *   *

  • Une critique, d'un autre genre, sur Murmures, dont voici un court extrait: "...Clairement réservé à un public adulte de par l’emploi de termes vraiment très explicites et la description de pratiques « pour les grands », « Echanges virtuels » explore les fantasmes de Marie. L’éventail est large : triolisme, partouze, soumission, saphisme, gang-bang, urologie. Quand je vous dis que ce n’est pas tout public, ce n’est pas pour rien ! Mais les « grands » peuvent s’adonner gaiement à la lecture de ce livre qui risque bien de leur faire picoter le bas du ventre…"

Parus en 2015

Recueil de nouvelles paru en décembre 2014

Le premier roman de Marie Godard

Recueils auxquels elle a participé

Marie et Nicolas ensemble sour la même couverture...